Gasteizko Batailaren bigarren mendeurrenaren Ataria

ayuda

Dokumentu hau honela klasifikatu da: > Correspondencia de Napoleón Bonaparte > Indeterminada
Irudiak
Artxiboa / Liburutegia
Funtsa / Azpifuntsa / Bilduma Correspondencia de Napoleón Bonaparte
Seriea Indeterminada

Datak 1808-11-09
Izenburua Carta de Napoleón Bonaparte, al general Clarke, Ministre de la Guerra, en París, sobre heridos repatriados y preparación de nuevas tropas.

Iturria Fuente: Correspondance de Napoleon Ier, t.18; Paris: Henri Plon, 1865: carta nº 14.457

Transkripzioa frantsesez

Vitoria , 9 novembre 1808.

Monsieur le Général Clarke, je reçois l'état de situation de l'armée de Portugal au 20 octobre. J'ai vu avec plaisir que 14,300 hommes étaient déjà débarqués. Je suppose qu'il y a dans ces 11,000 hommes des malades, des blessés et des hommes à réformer. Je vois qu'il y en aura encore I 1 ,000 à débarquer; je suppose qu'ils le sont dans ce moment-ci.

Le 15° de ligne n'avait qu'un bataillon en Portugal; ce bataillon ne doit être que de six compagnies. S'il a 000 hommes présents, avec les hommes qu'il a au régiment provisoire de Rennes il sera facilement porté au grand complet.

Le 70e doit avoir trois bataillons ; ce qui existe, avec ce qu'il y a .•m régiment provisoire de Rennes, formera 2,400 hommes. 11 faut voir quand son dépôt pourra lui envoyer 200 hommes de renfort ; mais il faut que ce soient des conscrits bien habillés, bien armés cl déjà décrassés. 11 reste toujours au dépôt une centaine de vieux soldats sortant des hôpitaux qu'on peut envoyer.

Le 47e a, je crois, un bataillon et demi; 1,200 hommes qu'il aura présents et 200 du régiment provisoire de Rennes feront [ ,400 hommes; il lui manquera peu de chose pour le compléter.

Le <S(i°, qui a trois bataillons, a perdu 300 hommes par le naufrage; il n'aura «pie 1,000 hommes et, avec les 200 hommes du régiment provisoire de Rennes, 1,800 hommes. Il faudra, si son dépôt ne peut compléter ses trois bataillons, n'en garder que deux et envoyer au dépôt le cadre du 3e, en ôtant les sous-ofûciers et soldats pour compléter les deux premiers. Pour le bataillon suisse, donc 5,500 hommes de cavalerie. Chaque division devra avoir il faut faire partir de son dépôt tout ce qu'il y a de disponible pour le compléter.

Ainsi je vois que la lre division sera forte de plus de 0,000 hommes. Le général Laborde la commandera. Le général Foy et un autre général que vous me proposerez , eu choisissant des hommes de guerre, seront employés dans cette division.

La 2e division n'est composée que de i es bataillons. Il faut envoyer aux 2e, 4e, 12e, 15 p, 32e et 58e des détachements des dépôts de Paris pour compléter chaque bataillon à 840 hommes. Passez vousmême la revue de ces dépôts , et ayez soin que ces hommes partent habillés, armés et avec de bonnes capotes. Ainsi cette 2e division sera portée au moins à 5,000 hommes.

La 3e division , en y incorporant la brigade Dufresse et le 1 er bataillon de l'armée de Portugal et ce que les dépôts de ces régiments peuvent encore fournir, sera facilement portée à 6,000 hommes.

Ce corps d'armée sera donc promptement porté à 20,000 hommes d'infanterie.

Quant à la cavalerie, toutes les mesures ont été prises pour la monter. Faites-y envoyer des officiers des dépôts. Je vois qu'il y a 1 1S hommes du bataillon du train et 107 du bataillon des équipages.

Le reste aura sûrement débarqué.

Donnez des ordres pour que la lre division soit rendue à Bordeaux le 20 novembre, qu'elle ait ses douze pièces d'artillerie, que les soldats aient leurs capotes et leurs souliers, et se trouvent en état.

Faites-moi connaître si la 2e et la 3 e division pourront être rendues à Bordeaux le 1er décembre.

Le général Loison commandera la 2e division ; le général Heudelet la 3e. Le général Travot commandera la 13e division militaire. Le général Fuzier sera employé dans une division militaire. Vous me présenterez deux généraux de brigade pour chacune des deux dernières divisions.

Napoléon.
 


Tokiak Vitoria (Álava)
París
Pertsonak Bonaparte, Napoleón (1769-1821)
Clarke, Henri-Jacques-Guillaume (1765-1818)
Materiak Napoleón en Vitoria
Heridos y enfermos